Blogue de données

Voici notre blogue de données, une nouvelle façon de découvrir nos données de santé publique, en plus d'avoir les dernières nouvelles sur nos publications à venir.

Blessures liées aux feux d’artifice Publié le : ()

Les feux d’artifice et autres produits pyrotechniques connexes ont grandement gagné en popularité au Canada. Vu leurs aspects visuels et auditifs impressionnants, il n’est pas surprenant que ces produits jouent un rôle important lors des occasions spéciales. Du Festival Sunrise d’Inuvik dans les Territoires du Nord Ouest aux célébrations de la fête du Canada se déroulant dans plusieurs régions du pays, les feux d’artifice attirent et épatent de grandes foules. Toutefois, si des mesures de sécurité appropriées ne sont pas prises, des blessures peuvent survenir et compromettre la santé des gens.

Des statistiques sur les blessures associées aux pièces pyrotechniques et autres produits connexes survenues à compter d’avril 2011, qui ont été obtenues à l’aide de la base de données électronique du Système canadien hospitalier d’information et de recherche en prévention des traumatismes (eSCHIRPT), sont présentées ci dessous.

Le Système canadien hospitalier d’information et de recherche en prévention des traumatismes (SCHIRPT) est un système de surveillance sentinelle des blessures et des intoxications actuellement en place dans les services d’urgence de 11 hôpitaux pédiatriques et de 8 hôpitaux généraux au Canada. Depuis sa création en 1990, cette base de données a permis de recueillir plus de 3,2 millions de rapports, ce qui en fait une ressource importante d’information sur les blessures qui permet de faire progresser les programmes et les politiques visant à réduire et à prévenir les blessures au Canada.

L’extraction des données a été effectuée au moyen de recherches par mots clés en anglais et en français dans les récits des patients sur les blessures, ainsi qu’au moyen de l’examen des codes de facteur concernant les blessures liées aux pièces pyrotechniques et à d’autres produits connexes.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur la sécurité des pièces pyrotechniques, cliquez sur le lien suivant : Vidéo sur la sécurité des pièces pyrotechniques.

Nombre de cas

Entre le 1er avril 2011 et le 24 mai 2019, 122 cas de blessures non intentionnelles associées aux pièces pyrotechniques et à d’autres produits connexes ont été signalés, ce qui représente 11 cas/100 000 rapports dans l’eSCHIRPT.

Groupes d’âge

Les adolescents de 15 à 19 ans représentaient la plus grande proportion, soit 12 cas/100 000 rapports dans l’eSCHIRPT, mais étaient suivis de près par les adolescents de 10 à 14 ans, qui représentaient 11 cas/100 000 rapports dans l’eSCHIRPT.

Jours de la semaine où les blessures se sont produites

Environ les deux tiers de toutes les blessures (66,4 %) sont survenues un samedi, un dimanche ou un lundi.


Période de l’année pendant laquelle les blessures se sont produites

Environ les deux tiers de toutes les blessures (68,0 %) sont survenues entre mai et août. Près du tiers de toutes les blessures (32,0 %) sont survenues aux alentours de la fête de la Reine (du 16 au 24 mai) et de la fête du Canada (du 29 juin au 3 juillet).

Hommes et femmes

Dans l’ensemble, 64,8 % des patients blessés étaient des hommes (79 cas).

Types de blessures les plus courantes

Jusqu’à trois blessures peuvent être codées pour chaque cas; elles sont classées selon leur gravité. Vingt sept patients (22,1 %) ont subi plus d’une blessure : 16 patients ont subi deux blessures et 11 patients ont subi trois blessures. Les blessures les plus courantes et les plus graves ont été classées comme des brûlures (71 cas), suivies des blessures aux yeux (19 cas).


Quels types de soins hospitaliers se sont avérés nécessaires?

Près des trois quarts de tous les patients (72,9 %) ont eu besoin d’un traitement médical dans les services d’urgence, tandis que 10,7 % des patients ont été admis à l’hôpital.

Quelles parties du corps ont été atteintes?

Parmi toutes les blessures signalées, plus des deux tiers de tous les cas (69,4 %) concernaient les parties du corps suivantes :

  • Tête, visage (y compris les yeux), cou (37,5 %)
  • Doigt, main (31,9 %)

Remarque

Les résultats ci dessus doivent être interprétés avec prudence, car ils ne représentent pas toutes les blessures liées aux pièces pyrotechniques et aux autres produits connexes qui sont survenues au Canada. Le SCHIRPT est un système de surveillance sentinelle qui recueille des données auprès de certains services d’urgence au Canada. Les adolescents de plus de 18 ans, les Autochtones et les personnes vivant en région rurale peuvent être sous représentés dans la base de données électronique du SCHIRPT puisque la majorité des sites visés par le SCHIRPT sont des hôpitaux pédiatriques situés dans de grandes villes. Les blessures mortelles sont également sous représentées dans cette base puisque les données des services d’urgence ne tiennent pas compte des personnes qui sont décédées avant leur arrivée à l’hôpital ou de celles qui sont décédées après avoir été admises aux urgences à partir d’un autre service. La saisie de l’information dans la base de données électronique du SCHIRPT se fait de façon continue; par conséquent, les données de certaines années pourraient être incomplètes.

Autres renseignements et documents connexes : Utilisation des pièces pyrotechniques.

Pour en apprendre davantage sur le SCHIRPT.


Date de modification :