Blogue de données

Voici notre blogue de données, une nouvelle façon de découvrir nos données de santé publique, en plus d'avoir les dernières nouvelles sur nos publications à venir.

Statistiques sur les sites de consommation supervisée au Canada — 2017 à 2019

Les sites de consommation supervisée (SCS) sont des installations où les gens peuvent consommer des drogues pré-obtenus sous la supervision d'un personnel ayant reçu une formation. Les SCS offrent aux personnes qui consomment des drogues un environnement sûr et sans jugement, du matériel de consommation stérile et des services qui incluent des soins sociaux, médicaux et de santé mentale. Les principaux objectifs des SCS sont d'aider à prévenir les décès par surdose, à faciliter l'entrée dans des programmes de traitement de la toxicomanie, à réduire la propagation des infections transmissibles par le sang (par exemple, le VIH, l'hépatite C) et à réduire la pression sur les services médicaux d'urgence.

Pour en savoir plus sur les sites de consommation supervisée, veuillez visiter la page Sites et services de consommation supervisée de Santé Canada.

Icône d'un graphique à barres montrant une croissance

2 millions de visites

  • Les SCS canadiens ont connu environ 2 millions de visites entre 2017 et 2019.
  • Actuellement (début 2020), avec 39 sites en activité, on estime qu'environ 3 000 visites ont lieu chaque jour. Les SCS les plus fréquentés au Canada voient plus de 500 visites par jour.

Icône d'un avertissement d'une pillule représentant une surdose

15 000 surdoses et urgences médicales

  • Les SCS canadiens ont assisté à environ 15 000 surdoses et urgences médicales liées à la drogue entre 2017 et 2019, sans décès signalés dans les sites.
  • Le nombre d'épisodes de surdose et d'urgences évités grâce aux conseils de réduction des risques fournis par le personnel du SCS est difficile à estimer.

Icône d'un groupe de personnes représentant des clients

Au moins 35 000 clients uniques

  • Selon les données disponibles, on estime qu'au moins 35 000 Canadiens ont fait appel aux services fournis par des SCS entre 2017 et 2019.

Figure 1: Répartition des clients des SCS par sexe
Figure 1: Équivalent textuel
table1
Sexe Pourcentage
Homme 66 %
Femme 33 %
Autre 1 %
Figure 2: Répartition des clients des SCS par âge
Figure 2: Équivalent textuel
table2
Groupe d'âge Pourcentage
Moins de 20 ans 1 %
20 à 29 ans 25 %
30 à 39 ans 34 %
40 à 49 21 %
50 à 59 ans 11 %
60 ans et plus 2 %
Inconnu 5 %

Icône montrant différentes formes de drogues (aiguille, poudre, pipe et pillules)

2/3 des substances consommées étaient des opioïdes

  • Alors que les types de substances consommées par les clients SCS variaient selon la situation géographique, les opioïdes étaient la première classe de médicaments consommés sur les sites entre 2017 et 2019 – en moyenne, près des 2/3 des substances consommées sur les sites étaient des opioïdes, avec le fentanyl et l'héroïne étant les types les plus consommés.
  • L'utilisation de méthamphétamine en cristaux, une drogue stimulante qui n'est pas un opioïde, était également répandue chez les clients SCS.

Icône représentant une référence

70 000 références

  • Les SCS mettent les clients réceptifs en contact avec les prestataires de traitement de la toxicomanie et avec d'autres services de santé et services sociaux qui incluent des soins médicaux, un soutien en santé mentale et / ou des services de logement.
  • Les SCS canadiens ont fait environ 70 000 références à ces services entre 2017 et 2019.

Remerciements

Ces données ont été rendues possibles grâce à une collaboration entre les sites de consommation supervisée du Canada et Santé Canada.

Notes sur les données

Nombre de clients: Le nombre réel de clients uniques visitant les sites entre 2017 et 2019 est difficile à estimer. Les visites anonymes et les rapports incohérents des sites rendent difficile l'obtention d'une estimation précise et exacte.

Nombre de références: Le nombre réel de références effectués par SCS canadien entre 2017 et 2019 est difficile à estimer en raison des incohérences dans la façon dont les sites ont défini et signalé le nombre de références qu'ils ont effectués.

En plus des SCS, il y a plusieurs sites pour les besoins urgents en matière de santé publique/centres de prévention des surdoses au Canada. Les nombres présentés dans cette publication n'incluent pas les données des sites pour les besoins urgents en matière de santé publique/centres de prévention des surdoses.

Date de modification :