Méfaits associés aux opioïdes et aux stimulants au Canada Published:
(décembre 2023)
: Santé Infobase

Contexte

Le Canada a connu un nombre substantiellement plus élevé de décès et d’autres méfaits associés aux opioïdes depuis le début de la surveillance en 2016 par l’Agence de la santé publique du Canada. Cette crise de santé publique a des répercussions tragiques sur les personnes qui consomment des substances, leurs familles et les collectivités à l’échelle du pays, et elle est façonnée par un large éventail de facteurs. La pandémie de COVID-19 pourrait avoir exacerbé la crise, car plusieurs administrations ont signalé des taux plus élevés de surdoses fatales et d’autres méfaits à partir du début de la pandémie.

Sont présentées ici les données disponibles les plus récentes sur les surdoses et les décès impliquant des opioïdes et/ou des stimulants de janvier 2016 à juin 2023 au Canada, là où ces données sont disponibles. Reconnaissant que les méfaits associés aux opioïdes, aux stimulants, ainsi qu’à d’autres substances s’étendent au-delà des surdoses (intoxications) et des décès, nous continuons de travailler avec les partenaires fédéraux, provinciaux et territoriaux pour acquérir une compréhension globale des méfaits et des substances en cause afin de mieux faire face à cette crise de santé publique. Pour plus de détails sur les études additionnelles et autres produits liés à la crise des surdoses, incluant la déclaration conjointe des co-présidents du Comité consultatif spécial sur l’épidémie de surdoses d’opioïdes, veuillez consulter la page Données, surveillance et recherche.

Décès Télécharger le rapport de décès en format .pdf

Quoi : On a enregistré un nombre total de 40 642 décès apparemment liés à une intoxication aux opioïdes entre janvier 2016 et juin 2023Note en bas de page 1Note en bas de page 2

  • En tout, 3 970 décès apparemment liés à une intoxication aux opioïdes ont eu lieu depuis le début de 2023 (janvier à juin). Cela correspond à une moyenne de 22 décès par jour.
  • Le nombre total de décès apparemment liés à une intoxication aux opioïdes au Canada signalés depuis le début de l’année 2023 (janvier à juin) était de 5% supérieur à celui correspondant à la même période en 2022. Ce nombre est basé sur des données préliminaires et susceptibles de changer à mesure que les enquêtes sur les décès seront terminées et enregistrées.

Où : La majorité des décès ont eu lieu en Colombie-Britannique, en Alberta et en Ontario; des taux élevés ont également été observés dans d’autres régions

  • Depuis le début de l’année 2023 (janvier à juin), la plupart (89 %) des décès accidentels apparemment liés à une intoxication aux opioïdes au Canada ont eu lieu en Colombie-Britannique, en Alberta et en Ontario.
  • Des taux de mortalité élevés ont également été observés dans d’autres régions où la population est moins nombreuse.

Qui : La plupart des décès apparemment liés à une intoxication aux opioïdes ont concerné les hommes jeunes ou d’âge moyen

  • Les hommes représentent la majorité (72 %) des décès accidentels apparemment liés à une intoxication aux opioïdes comptabilisés depuis le début de l’année 2023 (janvier à juin).
  • Chez les hommes comme chez les femmes, la majorité des décès accidentels apparemment liés à une intoxication aux opioïdes ont eu lieu parmi les personnes âgées de 20 à 59 ans.

Pourquoi : Parmi d’autres raisons, la toxicité de l’approvisionnement continue à être un élément moteur majeur de la crise des surdoses

  • Sur l’ensemble des décès accidentels apparemment liés à une intoxication aux opioïdes survenus depuis le début de l’année 2023 (janvier à juin), 84 % ont impliqué le fentanyl. Ce pourcentage a augmenté de 47 % depuis 2016, date du début de la surveillance nationale, mais semble s'être stabilisé au cours des dernières années.
  • Sur l’ensemble des décès accidentels apparemment liés à une intoxication aux opioïdes survenus depuis le début de l’année 2023 (janvier à juin), 80 % ont impliqué des opioïdes qui étaient d’origine non pharmaceutique seulementNote en bas de page 3Note en bas de page 4. Ce pourcentage a augmenté de 21 % depuis 2018, date du début de la surveillance nationale, mais semble s'être stabilisé au cours des dernières années.

L’intoxication à des drogues multiples est un facteur contributeur à la crise

  • D’après les renseignements disponibles provenant de huit provinces et territoires, presque tous les décès (98 %) apparemment liés à une intoxication aux stimulants survenus depuis le début de l’année 2023 (janvier à juin) étaient accidentels.
  • Un peu plus de la moitié (54 %) des décès accidentels apparemment liés à une intoxication aux opioïdes survenus depuis le début de l’année 2023 (janvier à juin) impliquent également un stimulant.
  • Parmi les décès accidentels apparemment liés à une intoxication aux stimulants survenus depuis le début de l’année 2023 (janvier à juin), 81 % impliquaient un opioïde, 65 % impliquaient la cocaïne et 55 % impliquaient des méthamphétamines.

Les données sur les décès apparemment liés à une intoxication aux opioïdes et aux stimulants ne sont pas mutuellement exclusives. Une grande proportion des décès impliquant un stimulant impliquait également un opioïde. Additionner ces chiffres surestimerait le fardeau total des opioïdes et des stimulants.

Hospitalisations Télécharger le rapport d'hospitalisations en format .pdf

Quoi : Il y a eu un total de 39 435 hospitalisations pour intoxication aux opioïdes et 16 863 hospitalisations pour intoxication aux stimulants de janvier 2016 à juin 2023 au Canada (excluant le Québec)

  • Il y a eu un total de 3 036 hospitalisations pour intoxication aux opioïdes depuis le début de l’année 2023 (janvier à juin). Cela représente une moyenne de 17 hospitalisations par jour.
  • Il y a eu un total de 1 107 hospitalisations pour intoxication aux stimulants depuis le début de l’année 2023 (janvier à juin). Cela représente une moyenne de six hospitalisations par jour.
  • La durée médiane totale du séjour à l’hôpital était de trois jours pour les hospitalisations pour intoxication aux opioïdes et celles pour intoxication aux stimulants depuis le début de l’année 2023 (janvier à juin).
  • Le nombre d’hospitalisations pour intoxication aux opioïdes au Canada signalés depuis le début de l’année 2023 (janvier à juin) était de 11 % supérieur à celui de la même période en 2022. Ce nombre est basé sur des données préliminaires et susceptible de changer et devrait être interprété avec prudence.

Les données sur les hospitalisations pour intoxication aux opioïdes et aux stimulants ne sont pas mutuellement exclusives. Une grande proportion des hospitalisations impliquant un stimulant impliquait également un opioïde. Additionner ces chiffres surestimerait le fardeau total des opioïdes et des stimulants.

Où : La majorité des hospitalisations pour intoxication accidentelle ont eu lieu en Ontario, en Colombie-Britannique, et en Alberta

  • Depuis le début de l’année 2023 (janvier à juin), la plupart des hospitalisations pour intoxication accidentelle aux opioïdes (90 %) et d’hospitalisations pour intoxication accidentelle aux stimulants (91 %) au Canada sont ont eu lieu en Ontario, en Colombie-Britannique et en Alberta.
  • Depuis le début de l’année 2023 (janvier à juin), les taux d’hospitalisation pour intoxication accidentelle aux opioïdes au Canada ont été les plus élevés en Colombie-Britannique, en Alberta et en Saskatchewan et les taux d’hospitalisation pour intoxication accidentelle aux stimulants au Canada ont été les plus élevés en Colombie-Britannique, en Saskatchewan et en Alberta.

Qui : La plupart des hospitalisations pour intoxication accidentelle concernaient des hommes, avec une répartition variable selon l’âge

  • Depuis le début de l’année 2023 (janvier à juin), les hommes ont été, en proportion, davantage hospitalisés pour intoxication accidentelle aux opioïdes (63 %) et pour intoxication accidentelle aux stimulants (69 %) que les femmes.
  • Depuis le début de l’année 2023 (janvier à juin), la proportion la plus élevée d’hospitalisations pour intoxication accidentelle aux opioïdes a concerné des individus de 30 à 39 ans (24 %), puis des individus de 60 ans ou plus (23 %). La proportion la plus élevée d’hospitalisations pour intoxication accidentelle aux stimulants a concerné des individus de 30 à 39 ans (28 %), puis des individus de 40 à 49 ans (23 %).

Pourquoi : L’intoxication à des drogues multiples est un facteur contributeur à la crise

  • En ce qui concerne les hospitalisations pour intoxication aux opioïdes, le fentanyl et ses analogues ont été impliqués dans 35 % des hospitalisations pour intoxication accidentelle aux opioïdes et 19 % des hospitalisations pour intoxication intentionnelle aux opioïdes depuis le début de l’année 2023 (janvier à juin). Le pourcentage de toutes les hospitalisations pour intoxication aux opioïdes impliquant du fentanyl et ses analogues a augmenté de 100 % depuis 2018, date à laquelle la surveillance nationale a commencé, mais semble s'être stabilisé au cours des dernières années.
  • En ce qui concerne les hospitalisations pour intoxication liée aux stimulants, le fentanyl et ses analogues ont été impliqués dans 38 % des hospitalisations pour intoxication accidentelle liée aux stimulants et 8 % des hospitalisations pour intoxication intentionnelle aux stimulants depuis le début de l’année 2023 (janvier à juin). Le pourcentage de toutes les hospitalisations pour intoxication aux stimulants impliquant du fentanyl et ses analogues a augmenté de 154 % depuis 2018, date à laquelle la surveillance nationale a commencé, mais semble s'être stabilisé au cours des dernières années.

La toxicité multidrogues est un facteur contributeur à la crise

  • Parmi les hospitalisations pour intoxication aux opioïdes survenues depuis le début de l’année 2023 (janvier à juin), 18 % impliquaient également une intoxication avec un stimulant.
  • Parmi les hospitalisations pour intoxication accidentelle aux stimulants survenues depuis le début de l’année 2023 (janvier à juin), 59 % impliquaient également une intoxication avec un opioïde.

Services médicaux d'urgence Télécharger le rapport de SMU en format .pdf

Quoi : Plus de 20 000 interventions des services médicaux d’urgence (SMU) pour des surdoses soupçonnées d’être liées aux opioïdes ont été enregistrées depuis le début de l’année 2023 (janvier à juin).

  • Un total de 20 758 interventions des services médicaux d'urgence pour des surdoses qu’on soupçonnées liées aux opioïdes ont eu lieu depuis le début de l’année 2023 (janvier à juin), selon les données disponibles pour neuf provinces et territoires.

Qui : Les hommes jeunes et d’âge moyen continuent à être les plus touchés

  • Parmi les interventions des SMU pour des surdoses soupçonnées d’être liées aux opioïdes enregistrées depuis le début de l’année 2023 (janvier à juin), 71 % concernaient des hommes.
  • La plus grande partie des interventions des SMU pour des surdoses soupçonnées d’être liées aux opioïdes depuis le début de l’année 2023 (janvier à juin) concernaient des personnes ayant entre 20 et 49 ans, avec toutefois des variations entre provinces et territoires.

Notes de bas de page

Footnote 1

Les données du Manitoba entre avril 2022 et juin 2023 et celles du Yukon entre avril et juin 2023 n’étaient pas disponibles au moment de cette mise à jour.

Retour à la référence de la note de bas de page 1 referrer

Footnote 2

Les totaux nationaux de janvier 2016 à juin 2023 incluent les décès de la Colombie-Britannique (2019 à 2023 [janv. à juin]) liés à toutes les drogues illicites et ceux du Québec (2021 à 2023 [janv. à juin]) liés à une intoxication aux drogues ou aux opioïdes.

Retour à la référence de la note de bas de page 2 referrer

Footnote 3

Selon les données sur l’origine des opioïdes de 2023 (janv. à juin) de huit provinces ou territoires pour les décès avec enquêtes complétées.

Retour à la référence de la note de bas de page 3 referrer

Footnote 4

Les opioïdes d’origine pharmaceutique se réfèrent aux opioïdes qui ont été manufacturés par une compagnie pharmaceutique et approuvés pour utilisation médicale chez les humains. Une origine pharmaceutique n’indique pas comment les opioïdes ont été obtenus (par ex., sur prescription personnelle ou par d’autres moyens).

Retour à la référence de la note de bas de page 4 referrer



Remerciements

Nous reconnaissons que les données contenues dans ce rapport peuvent représenter des histoires de douleur, de chagrin et de traumatisme. Ce rapport ne peut pas refléter adéquatement le fardeau porté par les Canadiens. Nous reconnaissons tous ceux qui sont touchés par la consommation de substance ainsi que ceux qui travaillent à sauver des vies et à réduire les méfaits liés aux substances sur les individus et les communautés.

Cette mise à jour ne serait pas possible sans la collaboration et le dévouement des bureaux provinciaux et territoriaux des coroners en chef et des médecins légistes en chef ainsi que nos partenaires provinciaux et territoriaux en santé et en santé publique et les fournisseurs de données des services médicaux d’urgence. Nous aimerions également remercier l’Institut canadien d’information sur la santé (ICIS) d’avoir collecté et fourni les données sur les hospitalisations pour intoxication aux opioïdes et aux stimulants.

Citation suggérée

Comité consultatif spécial fédéral, provincial et territorial sur l'épidémie de surdoses d'opioïdes. Méfaits associés aux opioïdes et aux stimulants au Canada. Ottawa : Agence de la santé publique du Canada, décembre 2023. https://sante-infobase.canada.ca/mefaits-associes-aux-substances/opioides-stimulants/


Date de modification :